Univers obscur, expansif en puissance…

Les scientifiques Saul Perlmutter ( Université de California en Berkeley et Laboratoire National Lawrence Berkeley ), Brian Schmidt (Université Nationale Australienne en Weston Creek) et Adam Riess (Université Johns Hopkins et l’Institut Scientifique du Telescope Spatial) ont reçu le Prix Nobel de physique 2011 pour leurs observations cosmologiques, au découvrir que l’expansion de l’univers, le Big Bang, est en processus d’accélération, d’après les rapports du Comité Nobel de physique de l’Académie royale des sciences suédoise.

Nobel de Física - 5 (Reuters)

Cet phénomène est le mystère de l’énergie obscure de l’univers et le meilleur interprétation, d’après beaucoup d’experts, c’est la constante cosmologique de Einstein, une force de répulsion (semblable à l’attraction gravitationnel, mais de signe contraire) que dans la théorie d’Einstein à valoir pour freiner l’univers et le faire (comme s’a pensé d’il beaucoup de temps) stable. Quand se découvre que le cosmos était toujours en expansion, et que pourtant n’est pas nécessaire le freiner, Einstein dit que la constante cosmologique a été son pire erreur.

Autres investigateurs comme le chilien Mario Hamuy, découvrent aussi en 1998 que l’univers a été en augmente de sa vitesse ; en 1922 Alexander Friedman démontre que d’après la théorie de la relativité d’Einstein, et ses équations, l’univers peut se contracter ou faire le contraire (et Einstein, horrifié, décide changer ses équations et unir un terme de nom « constante cosmologique » pour stabiliser l’univers et le faire statique… Le nouveau terme représentait une densité de la masse dans l’espace vide que générait l’expansion de l’univers avec une vitesse toujours croissante).

Années plus tard, les investigateurs ont dépoussiéré l’idée pour expliquer, avec cette force de répulsion, l’accélération de l’univers : dans un langage actuel, la constante cosmologique est l’énergie obscure, et les investigations postérieures aux travailles des trois récompensés avec le Nobel ont déterminé qui joue le rôle fondamental dans l’univers : le 72% du cosmos est énergie obscure, le 26% résulte matière obscure, et seulement le 4,6% est matière normale et courante : quarks, protons, neutrons, et électrons qui nous forment à nous et aux galaxies.

Le trouvaille de Perlmutter et Riess a implications directes dans le destin de l’univers, parce que cette accélération de l’expansion indique que le cosmos finira complètement gelé. Pour une constatation solide du trouvaille, deux groupes travaillent indépendants, l’un dirigé par Perlmutter (Supernova Cosmology Project) l’autre en mains de Schmidt et Riess (High-Z supernova Research Team).

Les deux équipes, dans les années nonante étudient les supernovas d’un type déterminé, de nom « la » (ça sont explosions finales d’étoiles vieilles compactes, avec la masse du soleil, mais la taille de la terre), et les scientifiques observent que la moitié d’une centaine de telles supernovas lointaines dans le ciel, brillent moins de l’espéré, chose qu’indique, pour incroyable que semble, que l’expansion récent (en termes cosmiques) de l’univers est en processus d’accélération depuis la grande explosion 13.700 millions d’années derrière (autres scientifiques considèrent que ça passe puis au moins la moitié d’années depuis l’existence de l’univers).

Mon avis : l’univers est vraiment le plus incertain raison scientifique pour étudier et comprendre, parce que le « tout » raisonnable est en bras de « rien » démontrable. Connaître les secrets de l’espace où se situe la totalité des choses connus pour nous semble intéressant quand nous ne savons pas si rien est tout ou la totalité a besoin d’être rien pour soutenir nôtres postulées au respect. Je crois que résulte inquiétant l’ignorance que la population mondiale (tous nous…) possède sur les thèmes de l’univers, mais dans mon opinion, il y a suffisantes problèmes universelles dans nôtre propre planète à résoudre avant autres questions (quoique elles répercutent dans la terre…) de la stratosphère…

L’information vient de : http://www.elpais.com/articulo/sociedad/Nobel/Fisica/aceleracion/universo/elpepusoc/20111004elpepusoc_4/Tes , la nouvelle du Prix Nobel de physique de cet année que j’ai trouvé puis de lire http://www.circuloastronomico.cl/cosmologia/universo.html un antécédent que m’a appelé l’attention.

Advertisements
Estas entrada foi publicada en Cosmos, astrofísica, planetas, Curso 2011-2012 coas etiquetas . Ligazón permanente.

2 Responses to Univers obscur, expansif en puissance…

  1. Aínda que os temas do universo non son dos que máis me interesan falando de ciencia, coido que fixecehes un moi bo traballo, e coma sei que desfrutaches facéndoo, pois aínda con máis razón… Pareceume interesante a cuestión da materia negra no universo posto que non coñecía que é máis abundante no universo e sorprendeume isto; posto que sempre se anda a falar de buratos negros e do medo que teñen persoas a eles, e o certo é que estamos rodeados de materia oscura!
    😉

Deixar unha resposta

Please log in using one of these methods to post your comment:

Logotipo de WordPress.com

Estás a comentar desde a túa conta de WordPress.com. Sair / Cambiar )

Twitter picture

Estás a comentar desde a túa conta de Twitter. Sair / Cambiar )

Facebook photo

Estás a comentar desde a túa conta de Facebook. Sair / Cambiar )

Google+ photo

Estás a comentar desde a túa conta de Google+. Sair / Cambiar )

Conectando a %s