Autre parent… proche?

Un étude menée par un équipe internationale de paléoanthropologues laisse penser que les ossements fossilisés des trois individus découverts dans la Grotte du Cerf Rouge ou Grotte de Maludong située près de Mengzi, dans la province de Yunnan(Chine,1989) peuvent appartenir à une espèce humaine jusque-là inconnue…

Les restes datent de l’âge de pierre et ont des caractéristiques anatomiques humaines très différents : ça donne une nouvelle rare sur une étape inconnue de l’évolution humaine et aussi du début du peuplement Asiatique.cráneo hombre Longlin

Quoique l’Asie compte aujourd’hui plus de la moitié de la population mondiale, les paléoanthropologues connaissent seulement une part très petite de la manière dont les humains modernes y ont évolué après que leurs ancêtres se furent installés en Eurasie il y a 70 000 ans. L’évolution humaine du Pléistocène en Asie de l’Est ne se connait bien pour le petit numéro des fossiles avec cette description, sans être classés de forme fiable avec précision. Le Sud-Ouest de Chine a été identifié dans l’investigation génétique comme un point névralgique de la diversité humaine, contenant l’ADN mitochondrial ancienne et les lignées de l’Y-ADN ; parce que cette place a donné un certain nombre de restes humains que peuvent être les dépôts du Pléistocène.

Les paléoanthropologues dirigés par les professeurs Darren Curnoe (Université de Nouvelle-Gales du sud en Australie) et Ji Xueping (Institut d’archéologie du Yunnan en Chine) se montrent très précautionneux quat à la classification de ces fossiles, pour la mosaïque rare des caractéristiques anatomiques qu’ils ont.

Le professeur Curnoe a dit que ces individus peuvent avoir survécu jusqu’à la fin de l’âge glaciaire, probablement en provenant des peuplades d’humaines modernes qui ne se connaissent pas auparavant qu’auraient émigré d’Afrique beaucoup plus tôt ; ces qui n’auraient pas contribué génétiquement aux populations actuelles.

D’après ces investigateurs, ces hommes auraient vécu entre 14 500 à 11 500 ans avant l’ère dans lequel nous vivons. Pourtant le groupe est contemporain des hommes d’aujourd’hui dès le début de l’agriculture en Chine (l’une des plus anciennes du monde

Dans l’autre investigation de 2008 formée par scientifiques chinoises et australiens, s’a fait comparaison détaillée du crâne (aussi un endocrâne virtuel pour la calotte Maludong), la mandibule et restes dentaires de ces deux localités (La Cave Longlin en Guangxi et les excavations en Maludong, Yunnan) . Les deux types de restes montrent un mélange insolite de traits humaines modernes, les personnages sans doute plésiomorphes du genre Homo plus tard, et quelques caractéristiques inhabituelles.hombres prehistóricos gruta del ciervo rojo

L’analyse des études des deux lieus suggèrent deux possibles explications pour la morphologie des différents restes. Tout d’abord, peuvent représenter une population survivante archaïque, peut être parallèle à la situation observée en Afrique du Nord comme indiquent les restes de Dar-es Soltane et Témara, et peut être aussi dans le sud de Chine à Zhirendong. D’autre part, l’est d’Asie peut avoir été colonisé pendant plusieurs vagues au cours du Pléistocène, avec la morphologie Longling-Maludong pour l’existence d’une sous-structure de la population profonde en Afrique avant la dispersion des humains modernes en Eurasie.

Mon avis : Je crois que savoir d’où nous venons est un sujet intéressant, surtout si l’existence des êtres humains dans la terre peut apporter quelque indication plus profonde et concrète sur les questions proposées dans le champ de l’investigation sur la vie et l’évolution dans cette planète que nous habitons. Est surprenant percevoir comme les scientifiques reviennent sur les mêmes sujets pour les améliorer !!!

Aussi je devrais dire que j’ai choisi le sujet par proposer une autre option de nouvelle en évolution sans faire la mélange étrange que j’ai fait l’autre jour dans l’article… m’enfin, je crois que dans cette option ne se répète pas le même histoire.

 

L’information vient de :

http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/03/14/des-fossiles-revelent-l-existence-d-une-espece-humaine-jusque-la-inconnue_1669122_3244.html

http://www.plosone.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0031918

 

Advertisements
Estas entrada foi publicada en Curso 2011-2012, Evolución, paleontoloxía coas etiquetas . Ligazón permanente.

Deixar unha resposta

Please log in using one of these methods to post your comment:

Logotipo de WordPress.com

Estás a comentar desde a túa conta de WordPress.com. Sair / Cambiar )

Twitter picture

Estás a comentar desde a túa conta de Twitter. Sair / Cambiar )

Facebook photo

Estás a comentar desde a túa conta de Facebook. Sair / Cambiar )

Google+ photo

Estás a comentar desde a túa conta de Google+. Sair / Cambiar )

Conectando a %s